Florilège de quelques citations de Monsieur Frédéric Dard 1/3

http://static.skynetblogs.be/media/62537/1377476_507589085998031_985065148_n-thumb.png

 

Sa femme est encore bien pour mon âge.

 

Les deux hommes sont de la même mère, mais pas de la même paire.

 

Le futur n'est autre que du présent qui se précipite à notre rencontre.

 

La larme est la goutte d'eau qui fait déborder l'âme.

 

Il vaut mieux souffrir d'une absence que d'une présence.

 

Il n'est pas absolument nécessaire d'être con pour vivre parmi les cons. J'ai essayé, on peut!

 

Ecoutez-moi, Monsieur Shakespeare: Nous avons beau être ou ne pas être, nous sommes!

 

C'est rarissime, quelqu'un qui ne vous en veut pas des saloperies qu'il vous a faites.

 

Un mariage est soit une corne d'abondance, soit une abondance de cornes.

 

C'est à la culotte de ses filles qu'on juge un pays.

 

C'est à se demander à quel âge il faut les prendre les femmes si on veut s'assurer la priorité. Le mieux c'est de les adopter à l'âge de deux mois et d'aller les élever au sommet de l'Everest.

 

Une femme aux cheveux châtains est une blonde modeste.

 

Frédéric Dard (né Frédéric Charles Antoine Dard le 29 juin 1921 à Jallieu (Isère), France – 6 juin 2000 à Bonnefontaine, Fribourg, Suisse) était un écrivain principalement connu – dans une production extrêmement abondante – pour les aventures du commissaire San-Antonio, souvent aidé de son adjoint Bérurier, dont il a écrit cent soixante-quinze aventures depuis 1949. Parallèlement aux San-Antonio (l'un des plus gros succès de l'édition française d'après-guerre), Frédéric Dard a produit sous son nom ou sous de nombreux pseudonymes des romans noirs, des ouvrages de suspense psychologique, des « grands romans », des nouvelles, ainsi qu'une multitude d'articles. Débordant d'activité, il fut également auteur dramatique, scénariste et dialoguiste de films. Selon ses dernières volontés, Frédéric Dard a été enterré dans le cimetière de Saint-Chef, en Isère, village où il avait passé une partie de son enfance et où il aimait se ressourcer. Un musée y est en partie consacré à son œuvre. ( Source Wikipédia)

 

 

 

Ajouter un Commentaire