Une histoire de renard...

En fait, j'ai écrit la suite d'une histoire d'un renard qui s'ennuyait dans la forêt et voulait avoir des amis dans une ferme de proximité. Le titre est: Le renard qui voulait devenir meilleur. ;-)... Je n'ai pas le début de cette histoire, en fait, il promit d'être sage comme une image- c'est Vous dire- !

 

http://www.bfmtv.com/i/580/290/348038.jpg

 

"Enfin, il le fut quelques temps…

Les rayons du soleil commençaient à s’étirer sur la cour, Jean-Marie et Christine n’allaient pas tarder à revenir- c’est ainsi que s’appelaient le fermier et sa femme- .

Il fut convenu que le renard ne se montrerait pas quand ils seraient à la ferme. Pas trop commodes ces deux là !

Le cheval l’emmena donc  se cacher dans sa propre litière.

La poulette rousse qui n’était pas rassurée du tout par la présence du goupil- la favorite du coq- s’excusa et salua le petit groupe suivie par une douzaine de poussins jaune-doré et un petit tout noir. Romuald se sentit très fier et poussa un cocorico d’orgueil !

-Il est l’heure de coucher les enfants dit-elle, bonne soirée à vous tous.

La conversation se poursuivait. Edmond, le cochon demanda :

-          Que va t-il manger ?

-          Il trouvera bien quelques musaraignes et mulots derrière le hangar à blé, suggéra  Sidonie, la plus grosse des oies.

-          Je lui dirai ce soir, ajouta le cheval

Pendant ce temps, Renard s’étirait dans la paille mais n’arrivait pas à s’assoupir tant la faim lui tiraillait l’estomac. Tout à coup, un courant d’air lui amena un fumet délicieux qui lui chatouilla les narines. Pas de doute cette odeur venait du bout de l’écurie. Il se faufila vers la porte et le loquet n’eut aucun secret pour lui. Il ne savait où donner du nez, deux jambons et une dizaine de saucissons se balançaient. Il s’élança, attrapa un saucisson, s’en régala, se pourlécha les babines et retourna dans la litière sans oublier de refermer soigneusement la porte. Il ne tarda pas à  s’endormir profondément.

Dans la cour, Edmond présidait toujours la séance quand ils entendirent le moteur de la voiture des fermiers. Ils se dispersèrent pour ne pas donner l’éveil.

Grâce aux provisions du cellier, cette belle vie dura deux bonnes semaines et le rusé goupil ne se donnait même pas la peine de chasser les souris ! Et puis, il restait encore un quart de jambon.

Puis ce fut le drame, quand Jean-Marie vint chercher un saucisson, il se mit à hurler, il hurlait tel un fou. Christine accourut et devant le spectacle cria et s’empourpra, c’était horrible à voir et à entendre. Les animaux étaient effrayés par les cris et le renard qui n’avait jamais vu d’humains d’aussi près était épouvanté et se terra le plus qu’il le pouvait sous la paille.

Deux jours passèrent…, les animaux de la ferme se réunirent. L’on prit Edmond pour responsable de l’affaire des saucissons et jambons et l’on décida de chasser le renard qui avait menti, car personne n’avait vu  ses allers et retours dans le cellier. La petite poule rousse ne cacha pas sa joie…

Le renard qui avait  tout entendu, ne se fit pas prier pour déguerpir avant qu’on le lui dise.

EPILOGUE

Le mois suivant, dans un bois voisin de la ferme, notre renard rencontra une renarde qui lui donna trois beaux renardeaux. Il devint le meilleur des pères de famille !

http://cyberechos.creteil.iufm.fr/cyber15/Environ/renard/renardeaux.jpg

Le mois suivant, les fermiers tuèrent le cochon, jambons et saucisses furent de nouveau mis à sécher. Une vie paisible reprit à la ferme."

http://les.serviettes.de.ibe.pagesperso-orange.fr/vache%20cochon%20poule%20etc2%20.jpg

 

 

:) :) :)...

 

 

Ajouter un Commentaire