Georges SEURAT

http://www.nationalgallery.org.uk/upload/img/seurat-georges-c-face-2-half.jpg

 

Seurat Georges

 

Les débuts


Georges Seurat nait en décembre 1859, à Paris son père un original est un ancien huissier à la retraite, sa mère Ernestine Faivre est parisienne. Le père de Seurat est un homme taciturne et austère et le peintre hérite de son caractère, la famille habite à Paris boulevard Magenta et celui-ci habite à Raincy dans une maisonnette où, il reste presque toujours, il leur rend visite qu'une fois par semaine.

En 1875, il entre à l'école municipale de dessin et suit les cours du sculpteur Justin Lequieu, où, il rencontre Edmond Aman-Jean avec lequel il loue un atelier, rue de l'Arbalète et qui devient le grand ami de l'artiste. En 1877, il est aux Beaux-Arts, où il travaille dans les galeries, il fait des dessins d'après l'antique et le plâtre afin de préparer son admission. Tous deux sont admis au début de l'année 1878 aux Beaux-Arts, dans l'atelier d'Henri Lehmann, un élève d'Ingres, les deux jeunes artistes ne restent que très peu de temps.

 


http://www.secondarts.com/images/mouvements_artistiques/pointillisme/signac_la_voile_verte_1904.jpg


[...] Il définit alors sa théorie du contraste dont va dépendre toute son oeuvre. Il commence par le noir et le blanc, se consacrant presque exclusivement au dessin. Le portrait du peintre Aman-Jean exposé au Salon de 1883 lui vaut une critique élogieuse de Roger Marx. Seurat exécute des centaines de dessins au crayon dont Signac dira qu'ils étaient les plus beaux dessins du peintre qui soient. Il s'attaque ensuite à la couleur suivant les mêmes principes : il réduit sa palette aux quatre couleurs fondamentales, le bleu, le rouge, le jaune et le vert et à leurs complémentaires. Il ne mélange pas les couleurs entre elles pour s'assurer de leurs contrastes donc de leur luminosité et renonçant aux coups de brosse des impressionnistes, il pose les couleurs en petits points juxtaposés ou entremêles de façon à ce que le mélange se fasse dans l'oeil du spectateur. De là vient le nom de divisionnisme ou pointillisme. En même temps, il se préoccupe de la forme et des lignes recherchant ainsi un art soumis aux lois de l'équilibre et de l'harmonie, pour l'artiste l'art c'est l'harmonie....

 

 Sources et plus là : http://www.universdesarts.com/biographie/59/seurat-georges.html

 

 

A la manière de SEURAT

Fany

Feutres -Novembre 2013-

 

 

 

Ajouter un Commentaire